Edito

L e premier ministre ivoirien a été mis sous terre ce jour, à côté de la mosquée construite sur son ranch, dans la ville de Séguéla (nord de la Côte d’Ivoire) qui a vu naître ses parents.

Hamed Bakayoko : un immortel

L e premier ministre ivoirien a été mis sous terre ce jour, à côté de la mosquée construite sur son ranch, dans la ville de Séguéla (nord de la Côte d’Ivoire) qui a vu naître ses parents. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Hamed Bakayoko est entré dans le cercle restreint des grands Ivoiriens qui resteront à jamais immortels. Depuis son décès il y a une dizaine de jours, les nombreux témoignages sur les qualités de cet homme au parcours atypique et magnifique l’ont tout simplement rendu vivant pour l’éternité. Celui que les Ivoiriens appelaient affectueusement Hambak a marqué son temps. Le jour où un homme d’État ivoirien sera capable de déjeuner avec le roi du Maroc dans le plus chic palace d’Abidjan avant de se retrouver quelques heures plus tard à dîner avec des enfants de la rue dans un quartier précaire, on dira de lui qu’il fait comme Hambak. Désormais, l’homme politique ivoirien qui sera capable d’entretenir de solides amitiés aussi bien dans sa propre famille politique que dans le camp adverse, on dira de lui qu’il a quelque chose d’Hambak. La personnalité publique ivoirienne qui pourra aussi facilement se montrer autant généreux avec des personnes à l’abri du besoin qu’avec les plus pauvres sera une sorte de réincarnation d’Hambak. Un ministre ivoirien qui serait un boulimique du travail doublé d’une indescriptible fidélité à l’égard de son mentor ? On dira qu’il nous rappelle un peu Hambak. Car le premier ministre ivoirien était tout cela à la fois. Un précurseur. Hambak est devenu un immortel. Il continuera à vivre à travers tous ces actes qui ont marqué son parcours politique et son ascension sociale. Comme le disait la ministre ivoirienne Anne-Désirée Ouloto, Hamed Bakayoko est "de ceux qui partent, mais qui ne meurent jamais". Belle définition de l’immortel. Ce qui est vrai, est vrai !

Par Said Penda

Category

VIDEO